Une interprétation cohomologique de la condition de Radon—Cavalieri